ARTISTES

 
 

AURÉLIE BOUGLÉ

Mezzo-soprano animée par une pratique musicale variée : piano, clavecin, musicologie, Aurélie Bouglé se perfectionne actuellement au Pôle Supérieur Paris-Boulogne-Billancourt en chant musique ancienne. Elle a interprété entre autres la Discorde et Doris dans L’Europe Galante de Campra (dir. S. Marq), Satirino dans La Calisto de Cavalli (dir. S. Fuget). En avril 2017, elle chante au Printemps de Lanvellec en concevant le programme Zefiro torna, pour deux voix, deux violes et clavecin, s’articulant autour de pièces de l’Italie du XVIIe siècle.

Aux côtés du répertoire baroque, la création et le répertoire contemporain tiennent une place importante dans sa pratique musicale : en 2013, elle participe aux projets Iphigénie(s) et Rekviem3, pièces mêlant théâtre et extraits d’oeuvres de Gluck et de Verdi (dir. C. Agnello) ; elle a aussi chanté au sein

de l’ensemble de solistes pour l’opéra Giordano Bruno de F. Filidei (créé à la Casa da Musica de Porto en septembre 2015). Aurélie chante régulièrement avec les ensembles vocaux Les Métaboles (dir. L. Warynski), ainsi que Zene (dir. B. Kele- Baujard). 

SYLVIE BEDOUELLE

Sylvie Bedouelle, mezzo-soprano ou "grand dessus", se produit aussi bien sur des scènes d'opéra que dans le monde plus intime du récital; spécialisée dans la musique baroque, elle n'en aborde pas moins volontiers des répertoires plus tardifs. Ses rôles récents incluent la Messagère dans Orfeo de Monteverdi avec l'ensemble Cappella Mediterranea; Armide dans La suite d'Armide de Philippe d'Orléans et Junon dans Ariane et Bacchus de Marais à la Chapelle Royale de Versailles; Aminta dans Orfeo de Peri, Venere dans Orfeo de Rossi, Mopsa dans Le Jugement de Midas de Grétry, Flore dans Psyché de Lully avec le CRR de Paris et l'Académie Royale de Liège; Eurimedes dans Orpheus de Telemann, Lisinga dans Le Cinesi de Gluck, Hans dans Der Gestiefelter Kater de Cesar Cui avec l'IOA; Annina dans La Traviata, Garcias dans Don Quichotte et Madelon dans Fortunio à Grange Park Opera; Oreste dans La Belle Hélène et l’Opinion Publique dans Orphée aux Enfers pour le festival Eva Ganizate; Sorceress dans Dido and Aeneas à Westminster Opera; Dritter Knabe dans Zauberflöte à l’Opéra-Théâtre de Metz-Métropole; Frugola dans Il Tabarro à l’Arcola Theatre; Angela dans La Cenerentola avec Opera Up-Close; Sesto dans La clemenza di Tito pour Hampstead Garden Opera; et Volusio dans Cajo Fabrizio de Hasse pour le Handel Festival. Sylvie a également fait partie du Choeur de  Glyndebourne pendant deux saisons, et a chanté avec l'ensemble Arsys-Bourgogne. Elle accorde une place privilégiée au répertoire de mélodies et de Lieder. Ses récitals l'ont amenée à chanter dans de nombreux festivals tels que London Song Festival, City of London Festival, Chipping Campden Festival, le Festival de Bougue, le Festival de musique de chambre d’Argonne, Les Estivales de Megève et La Cité de la Voix. Sylvie s’est formée auprès de Janice Chapman dans le Cours d’Opéra de la Guildhall School of Music, puis à l'International Opera Academy à Gand, et enfin dans la classe d’Opéra Baroque du CRR de Paris.

JEANNE DORCHE

Originaire de la région parisienne, Jeanne Dorche se passionne pour les musiques anciennes à travers sa pratique du violoncelle et de la viole de gambe, plaçant son exigence musicale au service d’une interprétation historiquement informée.

Elle se forme auprès des violoncellistes Jean-Marie Gamard, Philippe Muller et Timothy Eddy, ainsi que des violistes Wieland Kujiken, Paolo Pandolfo et Christophe Coin. Diplômée d’un Bachelor et d’un Master du Mannes College The New School for Music de New York, elle se perfectionne ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Jeanne s’est produite en soliste avec le Mannes Orchestra à New York, ainsi qu'en formation de chambre et d'orchestre à Carnegie Hall, Bohemian Hall, Union Club, Tishman Hall, Neue Gallery, Ukrainian Institute et Morgan Library. Parmi ses projets récents, elle a travaillé avec Emmanuelle Haim, Benoit Haller, Philippe Pierlot, Julien Chauvin, Olivier Baumont, Alain Zaepffel, Henri Chalet, Marc Minkovsky et Jean-Marc Aymes. 

CLÉMENCE SCHILTZ

Touchée par le timbre de cet instrument, Clémence Schiltz commence la viole de gambe très jeune, puis complète sa pratique du répertoire ancien avec celle du violoncelle baroque. Au cours de ses études, elle reçoit les conseils de Christine Plubeau, Guido Ballestracci ou Wieland Kuijken. Elle étudie actuellEment à Bruxelles, auprès de Philippe Pierlot en viole de gambe et d’Hervé Douchy en violoncelle baroque.

Elle se produit au sein de jeunes ensembles baroques (La Fugitive, Les Silvains, Compagnie Passaggi...), mais aussi en orchestre (Académie des Goûts Réunis), avec des choeurs ou en consort de viole (BUGs)

ou bande de violon (La Contrebande). Elle apprécie particulièrement explorer les interactions entre la musique et les autres arts de la scène. Violiste sur scène, elle donne vie à l’univers musical de la pièce contemporaine le 4ème Mur de Sorj Chalandon (Collectif les Sans-Lendemains). 

ALICE TROCELLIER

Née à Paris mais désormais établie entre l’Angleterre et l’Autriche, Alice Trocellier se consacre à la viole de gambe et à son répertoire. Après une licence de musicologie à l’Université de Bristol où elle remporte le prix du meilleur mémoire pour son travail portant sur une lecture musicale de l’esthétique précieuse, Alice poursuit ses études à la Royal Academy of Music à Londres. Elle intègre la classe de Jonathan Manson grâce au généreux soutien de la Countess of Munster Trust. Alice joue pendant deux ans avec l’Orchestre Baroque de la Royal Academy qui lui permis de travailler avec Rachel Podger, Laurence Cummings, Ton Koopman et Philippe Herreweghe. En tant que soliste elle a également participé à la reconstruction de la Passion selon St Marc de J-S Bach sous la direction d’Andrew Wilson-Dickson et a joué en 2018 avec le St John Sinfonia à Cambridge dirigé par Margaret Faultless. Depuis cette année elle fait partie de la classe de Vittorio Ghielmi au Mozarteum de Salzbourg. Alice se produit régulièrement en musique de chambre avec ses ensembles Comalli Consort et Théodora avec lesquels elle a pu être entendue à Bruges (Musica Antiqua Festival 2018, Fringe), Utrecht (Utrecht Early Music Festival 2018, Fabulous Fringe), Versailles (Jeudis musicaux) Brighton (Brighton Early Music Festival 2018) et prochainement à Paris lors d’un récital programmé par Jeunes Talents. 

STÉPHANIE PETIBON

Stéphanie Petibon découvre les instruments anciens à cordes pincés lors de ses études de guitare classique au conservatoire de Strasbourg. Elle étudie ensuite le luth renaissance, le théorbe et la basse continue au conservatoire de Paris puis au CNSMD de Lyon auprès d'Eugène Ferré puis de Rolf Lislevand. Elle s'est également formée auprès de Vincent Dumestre, Christina Pluhar ou encore Hopkinson Smith.

Elle est à l'origine de l'ensemble Tictactus (www.ensemble-tictactus.com) ainsi que du duo électro-baroque-pop L'Académie des Lynx. Elle participe à de nom- breux concerts, enregistrements et actions pédagogiques avec divers ensembles tels les Arts Florissants, les pages et les chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles, Hémiolia, La Camera Delle Lacrime, L'Ensemble Sébastien de Brossard, Enthéos. Elle se consacre également à l'enseignement au conservatoire de Franconville (95) et lors de stages. 

BENOÎT BÉRATTO

Benoît Bératto, contrebasse baroque et violone, entre en 2006 au Conservatoire Populaire de Musique de Genève où il étudie la contrebasse avec Olivier Magnenat, et au Centre de Musique Ancienne de Genève dans la classe de viole de gambe de Cécilia Knusdten.
Son cursus Genevois achevé, et pour se spécialiser en musique baroque, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où il suit pendant cinq ans une formation de contrebasse historique et de violone, de direction de chœur grégorien, et de musique de chambre. Benoît a été contrebassiste au sein de lʼOrchestre Symphonique de Genève pendant quatre ans. Sa spécialisation baroque lui a permis de jouer sous la baguette de grands chefs tels que Paul Agnew à lʼOpéra Bastille, Sigiswald Kuijken au théâtre du châtelet, Jean Marc Aymes au théâtre national de la Criée...
Il se produit actuellement avec de nombreux ensembles aussi bien modernes que baroques, notamment la Chapelle Rhénane (Benoît Haller), le Concerto Soave (Jean Marc Aymes), lʼensemble Jacques Moderne (Joël Suhubiette), les Chantres de Saint Hilaires (François Xavier Lacroux), Sagittarius (Michel Laplénie)... et rejoindra dès mars prochain le Concert Spirituel sous la direction dʼHervé Niquet. Il a participé à plusieurs enregistrements discographiques, le plus récent, encensé par la critique, les Musikalische Exequien de H. Schütz avec lʼensemble Sagittarius, aux éditions Hortus. 

 
 
 
 
 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now